Site du secteur Val-de-Bièvre

L'Église catholique

L'Église catholique

en Val-de-Bièvre vous accueille...

en Val-de-Bièvre vous accueille...


Vous êtes ici > Accueil > Découvrir le secteur > Événements > Événements sur la paroisse Saint-Léonard à L’Haÿ-les-Roses > Voeux de la Paroisse - 12 décembre 2019

Voeux de la Paroisse - 12 décembre 2019

Voeux de la Paroisse - 12 décembre 2019

Monsieur le Maire, Mesdames Messieurs les élus,
Messieurs les représentants des communautés religieuses de notre ville,
Chers paroissiens et chers amis,
Bonjour,

Comme chaque année à cette époque, l’Equipe d’Animation Pastorale (EAP) est heureuse de vous accueillir au Moutier pour vous souhaiter officiellement une belle et heureuse nouvelle année ! Avant de laisser la parole comme il se doit à notre curé, je voudrais vous partager quelques mots au nom de notre équipe que vous connaissez, pour la plupart d’entre vous ; équipe qui s’enrichit régulièrement de nouveaux membres, pour apporter non seulement leurs compétences spécifiques mais leur sensibilité propre.

Cette année, l’EAP s’est donc enrichie de deux laïcs, déjà bien investis au service de la paroisse, à savoir Olivier Tarjot, qui œuvre désormais plus particulièrement aux côtés de Thérèse Battistini pour la liturgie ; et Didier Prognon, qui poursuit, quant à lui d’une autre façon, son action auprès de la jeunesse. L’un et l’autre ont vraiment de quoi faire ! Notre équipe a accueilli en outre deux prêtres, le P. Chedli, venu en voisin de Chevilly-Larue et le P. Donat, venu d’un peu plus loin - du Rwanda - et qui nous apporte son expérience de vie monastique car il est moine bénédictin mais aussi prêtre étudiant à Paris.

Ainsi, tous ensemble, les nouveaux et les anciens – Martine, Thérèse, Michel, notre séminariste et diacre Antoine et bien sûr notre curé Armel – nouveaux et anciens donc, nous prenons à cœur de faire vivre et animer cette paroisse, riche de sa diversité et de sa complexité aussi. Nous le faisons avec vous tous, paroissiens et animateurs d’un groupe, d’une équipe, d’un service… car c’est bien l’ensemble des énergies et des talents de chacun vivifiés par notre foi chrétienne, qui permet à notre Église de s’enraciner dans la cité et dans son siècle.

Alors, que souhaiter pour la nouvelle année 2019 ?

Qu’espérer pour notre paroisse et notre Église ? Les deux années précédentes, nous mettions en avant trois vœux, en écho notamment à la tenue du synode diocésain de l’année 2016. Cette année, nous avons opté pour un vœu. Ce n’est pas par manque de courage et d’ambition – nous en avons, rassurez-vous ! – mais peut-être parce qu’il nous a semblé prioritaire aujourd’hui, au vu de la réalité de notre monde. Ce vœu, c’est celui de nous tourner davantage vers la jeunesse. D’ailleurs est-ce vraiment un vœu ; n’est-ce pas plutôt un engagement que nous devons prendre, les uns et les autres ? Car si le vœu est trop souvent formaliste et éphémère en chaque début d’année, l’engagement, lui, se veut effort sur la durée. Il vise à se concrétiser et à se construire pas à pas, avec différents partenaires, choisis ou rencontrés au hasard d’une manifestation. C’est bien d’ailleurs le sens que veut donner notre évêque, Mgr Michel Santier, aux rencontres qu’il a mis en place depuis quelques mois avec les jeunes du diocèse de Créteil. Très prochainement ainsi, le 19 janvier, il viendra sur notre paroisse Saint-Léonard, pour un échange avec les jeunes de notre secteur, ceux de l’aumônerie des lycées mais également leurs camarades, chrétiens ou non. Si des jeunes d’autres confessions religieuses veulent se joindre à eux, ils seront les bienvenus. C’est pourquoi n’hésitez pas, vous, frères musulmans et israélites, à inviter vos jeunes à cette rencontre du 19 janvier.

On le sait, la jeunesse a soif d’être entendue, d’être écoutée, d’être respectée et accompagnée dans ce qu’elle a de plus profond en elle et au-delà parfois d’une apparente superficialité. Car elle a ses doutes, ses peurs, ses interrogations, qui ne rejoignent pas toujours les nôtres mais qui, du moins, les interpellent ou doivent les interpeller. Elle a ses façons de faire et de partager, de dire et de crier sa vulnérabilité, qui paraissent quelquefois inquiétantes aux adultes mais qui peuvent aussi les relancer, les dynamiser et créer d’autres possibles. Dans la société, dans la Cité comme dans l’Église, nous devons essayer de lui donner sa place à cette jeunesse, de mieux la faire participer, tout en lui montrant des chemins différents, qui existent aussi sans qu’elle le sache peut-être. Car le temps de la jeunesse est un temps de découverte, d’expérimentation et de vocation… autrement dit de possible … d’insoupçonné parfois…
C’est pourquoi en ce début d’année 2019, ce n’est pas d’une coexistence que nous devons rêver mais d’une convivialité. Nous ne devons pas vivre en effet les uns à côté des autres, enfermés chacun dans sa zone de sécurité et de routine mais tenter de partager des expériences de vie et de foi. Elle est là l’Église d’aujourd’hui et de demain. La participation par exemple des jeunes de l’aumônerie 3ème-4ème à la Table ouverte paroissiale - la TOP- du mois de novembre dernier et cela depuis deux ans, témoigne d’une rencontre possible entre les jeunes et les anciens. Les jeunes pour servir à table les anciens, les anciens pour raconter et se souvenir de l’Église d’autrefois à travers un quiz historique sur notre paroisse. Les jeunes et les anciens pour chanter ensemble, le temps d’un court après-midi… Oui, c’est cela aussi la vie de l’Église.
Alors, faire référence à cette TOP ou à la rencontre prévue entre notre évêque et les jeunes, c’est faire écho à la tenue du Synode sur la Jeunesse à Rome en octobre dernier. Pour le pape François, la jeunesse est en effet une priorité. Au terme de plusieurs jours d’écoute, de partage et de réflexion tout au long de ce synode, un document final a été élaboré, très riche, intitulé «  Instrumentum Laboris. Les Jeunes, la Foi et le Discernement vocationnel », que je vous invite à découvrir, sur Internet par exemple.

En conclusion,

Nous pouvons y lire ceci : « Les jeunes ont réclamé avec insistance une Église authentique, lumineuse, transparente et joyeuse : seule une Église des saints peut être à la hauteur de ces requêtes ! ». C’est assurément une gageure pour chacun d’entre nous que cette phrase. Mais n’oublions pas : en 2018, nous avons honoré dans notre paroisse sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, en y accueillant ses reliques ; nous avons célébré avec joie notre saint patron Léonard. Ces deux moments de la vie de notre Église ont marqué beaucoup de L’Haÿssiens, preuve s’il en est que la sainteté a encore un sens et qu’elle peut nous ouvrir des chemins du possible.
Alors, qu’en l’année 2019, nous tentions avec les jeunes de construire ces possibles, au cœur de nos rencontres, de nos écoutes et de nos moments de vie et de foi partagés. Tel est le vœu que notre EAP fait ce matin, quelques jours seulement avant la tenue des Journées mondiales de la Jeunesse au Panama du 22 au 27 janvier prochain.

Et pour conclure, je me permettrai de citer une phrase du grand écrivain catholique Georges Bernanos  : « C’est la fièvre de la jeunesse qui maintient le reste du monde à la température normale. Quand la jeunesse se refroidit, le reste du monde claque des dents.  »

Gageons que la jeunesse de L’Haÿ, de notre cité et de notre paroisse, ne se refroidisse surtout pas en 2019. Tel est notre vœu le plus cher, celui que nous voulions vous partager, chers amis et chers paroissiens !
Père Armel Bouiti Curé