Site du secteur Val-de-Bièvre

L'Église catholique

L'Église catholique

en Val-de-Bièvre vous accueille...

en Val-de-Bièvre vous accueille...


Vivre le Carême avec le CCFD

Vivre le Carême avec le CCFD

Le week-end des 16 et 17 Mars 2013, 5eme dimanche de carême, c’est comme tous les ans la journée nationale du CCFD-Terre solidaire.

Depuis 52 ans, en réponse à l’appel du pape Jean XXIII, de Populorum Progressio, et dans la tradition de tout l’enseignement social de l’Eglise, les évêques de France confient au CCFD-Terre Solidaire (Comité Catholique contre la Faim et pour le développement) la tâche d’inviter les chrétiens de France à la réflexion, au partage et au don, plus spécifiquement pendant le temps du carême.

Le CCFD organise l’utilisation de ces dons pour le développement de « tout l’homme et de tous les hommes ».

Première ONG française de Développement, et organisme d’Eglise, association de 29 mouvements et services d’Eglise (dont l’ACE, l’ACI, l’ACF, l’ACO, CVX, la DCC, la JOC et la JOCF, le MCR, le MCC, Pax Christi, les Scouts et Guides de France, le Secrétariat général de l’enseignement catholique, le Service National pour l’évangélisation des jeunes et les vocations, le Service national pour la pastorale des migrants, la Société Saint- Vincent-de-Paul, VEA, …) et de 15000 bénévoles, le CCFD-Terre solidaire porte comme unique mission le développement

Pour cela, il s’appuie sur trois leviers  :
- Le partenariat : ou appui aux initiatives d’organisations
non gouvernementales locales, qui agissent avec les populations confrontées aux problèmes de la faim, de la violence, de la misère, pour un développement qui rende toute sa dignité à la personne humaine.
- L’éducation au développement : pour sensibiliser ici à la solidarité internationale, toujours tellement nécessaire, dans un monde où 870 millions de personnes souffrent de la faim …
- Le plaidoyer, ou campagnes d’opinion : pour inciter les décideurs à travailler à la mise en place de structures économiques et financières respectueuses de la dignité des personnes et de l’environnement.

Pour agir, le CCFD a besoin de chacun. Nous croyons que beaucoup de petites gouttes d’eau peuvent faire une vraie rivière…

Participer à la Collecte du CCFD, c’est accepter de se faire prochain de ces hommes et ces femmes qui n’ont pas eu la chance de naître du bon côté du monde. C’est accepter de poser un signe de fraternité vivante et universelle.

Pour aller plus avant dans la façon de vivre cette fraternité, trois rendez-vous :

- Le 20 mars, à Saint-Jean de Cachan, à partir de 19h30, pour rencontrer Jean-Marie Ndayishimiye, de la CAPAD, ONG burundaise partenaire du CCFD (mise ne place de coopératives agricoles)

- Le 23 mars, à la Roseraie de l’Hay, à partir de 15h, pour encourager les jeunes qui auront travaillé sur la paix et la résolution des conflits

- Le 24 mars, à Créteil à la Maison des Syndicats, à partir de 14h, pour participer au forum-actif sur l’agriculture et rencontrer Jean Marie Ndayishimiye, et Théogène Kambere Sikiryamuva, de UWAKI (au Nord Kivu, à l’est de la RDC) (appui de groupements de femmes agricultrices pour améliorer leurs modes de culture et promouvoir les droits des femmes en milieu rural).

É
Le week-end des 16 et 17 Mars 2013, 5eme dimanche de carême, c’est comme tous les ans la journée nationale du CCFD-Terre solidaire.

Depuis 52 ans, en réponse à l’appel du pape Jean XXIII, de Populorum Progressio, et dans la tradition de tout l’enseignement social de l’Eglise, les évêques de France confient au CCFD-Terre Solidaire (Comité Catholique contre la Faim et pour le développement) la tâche d’inviter les chrétiens de France à la réflexion, au partage et au don, plus spécifiquement pendant le temps du carême.

Le CCFD organise l’utilisation de ces dons pour le développement de « tout l’homme et de tous les hommes ».

Première ONG française de Développement, et organisme d’Eglise, association de 29 mouvements et services d’Eglise (dont l’ACE, l’ACI, l’ACF, l’ACO, CVX, la DCC, la JOC et la JOCF, le MCR, le MCC, Pax Christi, les Scouts et Guides de France, le Secrétariat général de l’enseignement catholique, le Service National pour l’évangélisation des jeunes et les vocations, le Service national pour la pastorale des migrants, la Société Saint- Vincent-de-Paul, VEA, …) et de 15000 bénévoles, le CCFD-Terre solidaire porte comme unique mission le développement

Pour cela, il s’appuie sur trois leviers  :
- Le partenariat : ou appui aux initiatives d’organisations
non gouvernementales locales, qui agissent avec les populations confrontées aux problèmes de la faim, de la violence, de la misère, pour un développement qui rende toute sa dignité à la personne humaine.
- L’éducation au développement : pour sensibiliser ici à la solidarité internationale, toujours tellement nécessaire, dans un monde où 870 millions de personnes souffrent de la faim …
- Le plaidoyer, ou campagnes d’opinion : pour inciter les décideurs à travailler à la mise en place de structures économiques et financières respectueuses de la dignité des personnes et de l’environnement.

Pour agir, le CCFD a besoin de chacun. Nous croyons que beaucoup de petites gouttes d’eau peuvent faire une vraie rivière…

Participer à la Collecte du CCFD, c’est accepter de se faire prochain de ces hommes et ces femmes qui n’ont pas eu la chance de naître du bon côté du monde. C’est accepter de poser un signe de fraternité vivante et universelle.

Pour aller plus avant dans la façon de vivre cette fraternité, trois rendez-vous :

- Le 20 mars, à Saint-Jean de Cachan, à partir de 19h30, pour rencontrer Jean-Marie Ndayishimiye, de la CAPAD, ONG burundaise partenaire du CCFD (mise ne place de coopératives agricoles)

- Le 23 mars, à la Roseraie de l’Hay, à partir de 15h, pour encourager les jeunes qui auront travaillé sur la paix et la résolution des conflits

- Le 24 mars, à Créteil à la Maison des Syndicats, à partir de 14h, pour participer au forum-actif sur l’agriculture et rencontrer Jean Marie Ndayishimiye, et Théogène Kambere Sikiryamuva, de UWAKI (au Nord Kivu, à l’est de la RDC) (appui de groupements de femmes agricultrices pour améliorer leurs modes de culture et promouvoir les droits des femmes en milieu rural).